Les drones-gendarmes, c’est vraiment pour demain ?

AFP PHOTO

Evoquée par les pouvoirs publics lors du Comité interministériel de sécurité routière du 2 octobre, la mise en service de drones-radars a créé une certaine surprise. Cette hypothèse n’est pas nouvelle mais, si l’on en croit le ministère de l’intérieur, elle pourrait prendre corps. Des expérimentations vont avoir lieu dans les prochains mois.

Des drones, pour quoi faire ?
Comparé à un hélicoptère, un drone offre un coût d’utilisation incomparablement inférieur, présente aussi l’avantage d’être très discret et de pouvoir être déployé plus vite et à plus grande échelle. Un drone de plus de deux kilos peut embarquer des capteurs de vitesse et une caméra vidéo ; il « fera le job » aussi bien sinon mieux. Quotidiennement, des drones effectuent déjà des relevés topographiques d’une extrême précision au-dessus de terrains et d’habitation. Mesurer instantanément la vitesse d’un véhicule mais aussi constater le franchissement d’une ligne jaune ou d’un feu rouge voire un dépassement dangereux ne présentent pas a priori pas de difficulté majeure.

Lire la suite sur drones.blog.lemonde.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *